Portraits

© DR
Nathalie Théret
52 ans

Chercheuse en cancérologie

Interviewée par Nathalie Blanc

En recherche, il ne faut pas que des bons élèves.

1

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été chercheur ?

Agricultrice. Ma sœur avait un élevage laitier dans les Ardennes et je voulais entrer dans le Gaec familial, mais cela ne s’est pas fait. J’ai donc continué mes études : après mon DEA, j’ai fait une thèse à l’Institut Pasteur de Lille, puis j’ai passé avec succès le concours de l’Inserm(1). Aujourd’hui à Rennes, je travaille sur les mécanismes de signalisation des cellules cancéreuses(2).

2

Aujourd’hui, qu’avez-vous trouvé ?

Après trente ans de carrière, j’ai trouvé qu’on ne peut pas tout résoudre avec des cellules et des pipettes ! Il existe aujourd’hui des verrous liés à la complexité du vivant que seules l’informatique et les mathématiques peuvent faire sauter. Et c’est vers cette biologie des systèmes que je me reconvertis actuellement, en lien avec des équipes de l’Irisa(3).

3

Le hasard vous a-t-il déjà aidé ?

Je pense qu’il n’y a pas de hasard, ni de chance, mais que l’on se donne soi-même la possibilité de les croiser. L’important, c’est d’avoir l’esprit libre, surtout en recherche.

4

Qu’avez-vous perdu ?

On ne peut pas dire que j’ai perdu la foi dans mon métier, mais je relativise beaucoup plus. Nous ne sommes qu’un maillon de la chaîne.

5

Que faudrait-il mieux ne pas trouver ?

Rien. Je pense qu’il faut faire des découvertes sur les êtres humains, les choses, les mécanismes... Trouver est essentiel. Sans découvertes, la vie serait fade !

6

Quelle est la découverte qui changerait votre vie ?

Je ne crois pas qu’un fait de recherche puisse changer ma vie. Mais des êtres humains ou des rencontres, ça, oui !

7

Qu’est-ce qui vous ferait douter de la rationalité ?

Je ne doute pas de la rationalité mais je ne m’en sers pas pour vivre. Aujourd’hui, la rationalité tue la recherche. Dans ce domaine, il ne faut pas que des bons élèves ou des gens bien formatés, il en faut aussi des turbulents, des créatifs... Et là, je dis : vive l’université(4) ! Qui est un vrai bain de créativité.

Tabs

Ajouter un commentaire