Ils sont magnétiques !

327
janvier 2015
© CNRS Photothèque / Cyril Fresillon

Les dauphins détectent le champ magnétique. Des éthologistes rennais ont commencé à le confirmer.

Migrateurs invétérés, les dauphins, comme les saumons ou les pigeons, se repèrent-ils grâce au champ magnétique ? La présence de magnétite dans la dure-mère, une des structures de leurs méninges, incite à le penser. Mais cela n’avait encore jamais été démontré scientifiquement. Les chercheurs du Laboratoire d’éthologie de Rennes ont relevé le défi dans le cadre d’un contrat de collaboration avec le parc animalier Planète Sauvage(1). « Nous avons mis en œuvre plusieurs programmes de recherche pour étudier le monde sensoriel du dauphin, notamment ses capacités de perceptions chimiques et magnétiques pour lesquelles nous venons de publier les premiers résultats », explique Alban Lemasson, qui a co-encadré la thèse de Dorothée Kremers.

La seule étude comportementale réalisée jusque-là sur la perception magnétique des dauphins était basée sur une expérience contraignant l’animal dans ses mouvements : celui-ci devait rester immobile tant qu’aucune modification de l’environnement (ici le champ magnétique) n’était détectée.

Les chercheurs rennais ont imaginé un nouveau protocole dans lequel les animaux restent libres. Ils ont choisi d’utiliser des bidons en plastique avec lesquels les dauphins, curieux, aiment jouer. Chaque bidon contenait un objet métallique. Bidons et objets étaient tous parfaitement identiques (taille et densité) et impossibles à différencier par vision ou écholocalisation (par échos d’ondes acoustiques). Mais les objets pouvaient être aimantés, ou non. « Nous avons alors mesuré le temps d’approche spontanée des dauphins, poursuit le chercheur. Celui-ci était plus court avec les bidons aimantés. En revanche, sur le temps passé près du bidon, à jouer avec ou à le prendre dans la bouche... nous n’avons noté aucune différence, que le bidon soit aimanté ou non. »

Cette expérience montre donc que les dauphins détectent le magnétisme. Mais il ne s’agit que d’une étude préliminaire car le champ magnétique utilisé pour l’expérience était très puissant (aimant neodymium à 1,2 T(2)). « Il faudrait poursuivre la démonstration en utilisant un champ de l’ordre de celui du champ magnétique terrestre, soit un million de fois moins fort(3) », poursuit le chercheur. Le sujet d’une autre collaboration avec Planète Sauvage ?

Tabs

Renseignements

Alban Lemasson
Tél. 02 23 23 68 20
alban.lemasson@univ-rennes1.fr

 

Ajouter un commentaire

Conclusion hâtives

Bonjour,
Il me semble un peu hâtif de conclure que les dauphins perçoivent les champs magnétiques. Dans cette étude huit variables comportementales ont été mesurées, dont une seule a été significativement différente entre les mesures témoins et avec un objet magnétique. Le seuil de significativité choisi est comme souvent en biologie de 5%, soit une chance sur vingt d'observer une différence du fait du hazard. Or, une chance sur vingt multipliée par huit cela donne quatre chances sur dix, soit près d'une sur deux. Il y avait donc une chance sur deux dès le départ d'observer une différence significative entre les deux lots pour au moins une variable. De plus, il n'y a aucune explication du pourquoi de cette différence sur le comportement en question et non des autres. Je cite "The fact that all other behaviours did not differ between magnetized and control stimulus may reflect that magnetic fields are neither particularly attractive nor repulsive to dolphins", donc pourquoi ce comportement, la latence avant la première approche, serait-il différent ? De plus la différence n'est pas énorme, 5.7±0.5 minutes contre 6.2±0.5 minutes, soit une différence de 30 secondes (8,4 %) avec des écart-types de... 30 secondes.
Je ne suis définitivement pas convaincu des conclusions de cet article sur cette expérience.
Cordialement

Grégoire

Bonjour,nous vous remercions

Bonjour,

nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre revue. Concernant votre commentaire sur la problématique relative à la détection du champ magnétique par les dauphins, la rédaction de Sciences Ouest vous invite à prendre contact avec le chercheur Alban Lemasson dont les coordonnées sont indiquées à la fin de l'article. Il sera en mesure de répondre à vos questions et débattre sur les conclusions de cette étude préliminaire...

Bien cordialement

L'ACTUALITÉ