Ils modélisent jusqu’à la rupture

333
juillet 2015
Plongez dans la science !
© DR

Des Brestois ont mis au point une méthode d’identification rapide de la durée de vie des matériaux.

Pour rouler confortablement sur une route cabossée, mieux vaut que la voiture ait de bonnes suspensions. La méthode classique des constructeurs pour tester l’usure de ces pièces consiste à les solliciter jusqu’à ce qu’elles cèdent. Au Laboratoire brestois de mécanique et des systèmes (LBMS) de l’Ensta, Pierrick Florin (photo) a mis au point lors de sa thèse (qu’il soutiendra à l’automne) une autre méthode, bien plus rapide, basée sur la thermométrie. « Nous mesurons la température des matériaux en fonction de différentes charges mécaniques que l’on exerce de façon cyclique, explique Cédric Doudard, son directeur de thèse. Car l’échauffement est un symptôme d’endommagement. » Cette nouvelle technique, en développement depuis 10 ans au LBMS, a d’abord permis d’élaborer des modèles fiables pour plusieurs matériaux - aciers, composites, thermoplastiques... - avant d’être adaptée à des structures plus complexes comprenant des soudures, comme les bras de suspensions d’une voiture. « Aujourd’hui, nous essayons d’établir le lien entre la tenue à la fatigue d’une pièce et la méthode d’assemblage lors de sa fabrication. » Ces nouvelles connaissances trouvent des applications dans bien des domaines (naval, médical...) et pourraient renforcer petit à petit les savoir-faire des industriels.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ