L’Atlas des mammifères de Bretagne

336
novembre 2015
L'Atlas recense en Bretagne vingt et une espèces de chiroptères ou chauves-sours (ici le Grand rhinolophe) et détaille leurs modes de vie.
© Davide Léger - Atlas des mammifères de Bretagne

Synthèse de milliers d’observations, cet inventaire collectif est un outil pour préserver la biodiversité.

La précédente édition datait de 1988. C’était un polycopié de quelques pages. L’Atlas des mammifères de Bretagne, réalisé par le Groupe mammalogique breton et publié par Locus Solus, est le type d’ouvrage qui vous fait aimer notre époque. Sous sa belle couverture, où un renard et un écureuil se répondent, ce livre de 312 pages présente de très belles photographies (350), aux légendes attractives. C’est une mine d’informations sur 61 espèces terrestres (hérisson, hermine, loutre, fouine, cerf, sanglier, chauves-souris).

Trois mille naturalistes ont participé à ce recueil de données. Un exemple réussi de science participative. Chaque animal est présenté par les meilleurs spécialistes. Cartes, fiches, étymologie, type d’observation : les monographies sont riches et leur lecture accessible. Plusieurs rubriques (invasions biologiques, indices de présence de rongeurs, croyances populaires, accueil de mammifères à la maison, paysages) complètent le tableau.

Cet atlas n’est pas seulement un aboutissement. « C’est un point de départ pour améliorer la protection des mammifères », insiste Xavier Grémillet, le président du GMB lors du lancement. « L’ouvrage a rassemblé de très nombreux bénévoles, qui ont investi beaucoup de temps pour mettre en œuvre des protocoles scientifiques ou rédiger l’atlas », souligne  le coordinateur Franck Simonnet, du GMB. Cet inventaire a réuni des acteurs qui ne collaboraient pas autrefois, notamment Bretagne Vivante-SEPNB et les Fédérations des chasseurs. « C’est une œuvre collective, se félicite Thierry Burlot, vice-président du Conseil régional, chargé de l’environnement. Les sciences participatives sont un vrai enjeu, elles servent la cause de la biodiversité. »

Autre originalité, l’inventaire recense les espèces vivant dans les cinq départements de la Bretagne historique, Loire-Alantique incluse. Fruit de neuf mois de travail chez Locus Solus, l’éditeur de Lopérec (Finistère), ce livre de référence devrait largement dépasser le cercle des naturalistes. Les retours des libraires, premiers lecteurs, sont très positifs. « L’attente est forte, se réjouit l’éditeur Florent Patron. Je crois qu’il y aura une belle exposition [au moins en Bretagne] dans les vitrines des librairies, les rayons nature et beaux-livres. »

©
Renseignements

L'ACTUALITÉ