L’invention de Pierre Curie est à Rennes 1

337
décembre 2015
Nicolas Guillas / Espace des sciences

Il y a une machine à remonter le temps sur le campus de Beaulieu. En 1898, Pierre Curie (qui recevra le Prix Nobel en 1903) a mis au point une expérience devenue mythique, pour mesurer la radioactivité. Marie Curie a alors identifié le polonium et le radium. L’appareil génial des Curie (une chambre d’ionisation, une balance à quartz et un électromètre ultraprécis) est l’ancêtre du compteur Geiger. Il fait partie du patrimoine scientifique de l’Université de Rennes 1, parmi un millier d’instruments du 19e siècle. Le 10 novembre, devant un auditoire attentif et en présence de Pierre Joliot et Hélène Langevin-Joliot, les petits-enfants des Prix Nobel (à droite sur la photo), l’expérience a été refaite. Bernard Pigelet (à gauche) a restauré l’appareil qui fonctionne : « J’ouvre le circuit, je déclenche le chronomètre, j’allège la nacelle. » Un spot se déplace, la mesure est faite ! « Pierre Curie était extrêmement exigeant, ses mesures étaient reproductibles avec une marge d’erreur d’1 % maximum. » Cette expérience visuelle s’inscrit dans une exposition à l’université.

Renseignements

Sur le site de l’université, http://bit.ly/1Ott4IU

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ