Portraits

DR
Alexandre Van Kempen
Informaticien
Alexandre Van Kempen est actuellement en postdoctorat à l’Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes (1).

«Je régénère les informations perdues!»

Soutenue en mars 2013, la thèse d’Alexandre Van Kempen a fait l’objet d’une publication (2) récompensée, avec dix autres, par le Prix du magazine La Recherche, le 22 octobre 2015.

Je travaille sur le stockage des données informatiques. Lors de ma thèse, codirigée par Anne-Marie Kermarrec d’Inria et Erwan Le Merrer de Technicolor, j’ai défini un protocole qui permet de régénérer des informations perdues après une panne. À l’heure actuelle, la méthode conventionnelle employée pour éviter la perte de données est la copie en plusieurs exemplaires sur différentes machines. Mais ça prend beaucoup de place, d’autant plus que le nombre de données produites est déjà faramineux. Il existe une autre méthode qui consiste à copier, non pas la donnée elle-même, mais plusieurs combinaisons mathématiques moins lourdes, également distribuées sur différentes machines. Pour les produire, on coupe la donnée en plusieurs morceaux (a, b, c) que l’on combine entre eux. C’est ce qu’on appelle de l’algèbre linéaire. On obtient des fonctions de type a + b + c ou 3a + b2 + 2c3. Si l’une est perdue, les autres permettent de recréer la donnée initiale pour retrouver la combinaison manquante. Mais ce type de régénération est gourmand en bande passante et en temps de calcul. Le protocole que j’ai développé évite l’étape de de recréation de la donnée initiale. Il remplace directement la combinaison manquante par une nouvelle. La bande passante consommée est ainsi divisée par deux et le temps de calcul diminue aussi. Cette innovation vient d’être brevetée par l’entreprise Technicolor.

Tabs

Propos recueillis par
Klervi L’Hostis

Ajouter un commentaire