Modélisés jusqu’à la cellule

347
décembre 2016
MAXENCE FRETAUD

Des chercheurs ont conçu un protocole pour reconstituer les larves et les organes de poissons en 3D.

Voir les cellules sous tous les angles et même se promener dans un organe. Ce rêve est devenu réalité dans le Laboratoire de physiologie et génomique des poissons (LPGP), à l’Inra de Rennes. Depuis 2012, l’équipe reconstitue les larves et appareils reproducteurs des poissons zèbres en trois dimensions, dans le cadre du projet Tefor(1). Ce dernier propose des techniques d’imageries innovantes pour étudier l’expression des gènes ou l’action de molécules. Actuellement, le laboratoire cherche à comprendre pourquoi une lignée de femelles poissons zèbres est quasiment stérile. Pour cela, elle a modélisé leurs ovaires. « On peut repérer à quel stade sont les ovocytes en fonction de leur taille et les compter, explique Violette Thermes, responsable du projet au sein du LPGP. On s’aperçoit que leur nombre augmente jusqu’à un certain stade puis diminue. Le gène étudié semble bloquer le passage au stade suivant. » Mais avant d’obtenir ce résultat, il faut pouvoir observer un organe entier au microscope. La première étape consiste à rendre les cellules transparentes au moyen de traitements chimiques. Mais l’objet à observer reste trop épais. Un système spécial a donc été conçu. Il permet de découper l’organe tout en l’observant au microscope. Il est ainsi possible de prendre des photographies couche après couche. Cette banque d’images peut ensuite être utilisée pour reconstituer l’organe en 3D à l’aide d’un logiciel.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ