Une momie découverte dans une église rennaise

351
avril 2017
Olivier Laurent/Inrap

 

Louis Bruslon du Plessis était dans l’église depuis 1661. Son corps embaumé a été trouvé dans un cercueil en plomb, lors de la restauration de l’église Toussaints à Rennes, en avril 2015. L’anthropologue de l’Inrap (1) Rozenn Colleter vient de remettre son étude au Service régional de l’archéologie et à la ville de Rennes. Découvert un an après la dépouille de sa contemporaine Louise de Quengo, enterrée cinq ans plus tôt au couvent des Jacobins (2), le défunt a suivi le même parcours : autopsie à l’Institut médico-légal de Toulouse, étude et restauration des habits puis recherche généalogique, réalisées par l’Inrap. Le corps (1,55 m) est très bien conservé, sauf les membres squelettisés. Louis Bruslon du Plessis portait deux linceuls et deux suaires, une grande chemise et un scapulaire (bande de tissu). À la différence de Louise, Louis a été vidé (pas seulement de son cœur) et embaumé. La cause de la mort, entre 40 et 60 ans, n’est pas connue. Il était de la haute noblesse : son grand-père était le second président du Parlement de Bretagne.

Tabs

Renseignements

Rozenn Colleter
rozenncolleter@inrap.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ