Portraits

DR
Anna Giannakou
Informaticienne
Anna Giannakou a soutenu sa thèse en juillet dernier, à l’Insa Rennes, en cotutelle avec Inria Rennes et la Direction générale des armées (DGA-MI).

« Je conçois des solutions de sécurisation adaptées aux clouds »

Elle est actuellement postdoctorante au Lawrence Berkeley National Laboratory, situé sur le campus de l’Université de Californie.

La plupart des systèmes de sécurité actuels sont conçus pour les équipements informatiques traditionnels et ne sont pas adaptés aux particularités du cloud, ce qui rend les services hébergés sur ces serveurs externes vulnérables aux attaques. Un des avantages du cloud est sa souplesse, mais c’est aussi son point faible. Afin d’optimiser leur efficacité et la consommation d’énergie, les services externalisés sont régulièrement déplacés de serveurs en serveurs, mais la configuration des outils de sécurité ne suit pas. Or, pour que ces derniers soient efficaces, il faut qu’ils soient adaptés aux services hébergés. Ainsi, un service initialement très bien protégé peut être vulnérable aux attaques suite à un déplacement. Il est difficile d’adapter manuellement l’infrastructure de sécurité, du fait du nombre et de la rapidité de ces migrations. Lors de mon doctorat à Inria(1), j’ai travaillé sur un système anti-intrusion adaptatif, Saids(2).

Il permet aux sondes détectant les attaques de migrer automatiquement avec le service qu’elles protègent. Pour cela, non seulement il faut tenir compte du type de service hébergé, mais également des menaces contre lesquelles il doit être protégé, du coût pour le propriétaire du serveur et des souhaits du détenteur du service hébergé. Notre solution pourrait aujourd’hui intéresser des entreprises qui souhaiteraient l’intégrer à leurs produits. De mon côté, j’ai débuté depuis un mois un postdoctorat à l’Université de Californie, où je travaille toujours sur la détection des intrusions, mais cette fois adaptée aux superordinateurs, à l’image de celui qui se trouve au Cern(3).

Tabs

Propos recueillis par
Maryse Chabalier

Ajouter un commentaire