Dans les yeux des dyslexiques

356
novembre 2017

Deux physiciens rennais, spécialistes des lasers et de la lumière(1), Albert Le Floch et Guy Ropars, ont publié une étude(2) dans laquelle ils annoncent avoir découvert un lien entre une absence d’asymétrie entre les deux yeux au niveau d’une zone de la rétine et la dyslexie.

Cette zone, le centroïde de la tache de Maxwell, où les récepteurs à la lumière bleue sont absents, serait de forme identique entre les deux yeux pour les trente étudiants dyslexiques qui ont participé à leur recherche, alors que les trente étudiants témoins ont des taches de Maxwell différentes dans chaque œil. « Cette asymétrie nous semble fondamentale pour permettre au cerveau de choisir entre l’image captée par l’œil gauche et celle captée par l’œil droit », explique le scientifique. Une piste potentielle pour expliquer les problèmes de lecture rencontrés par les dyslexiques. « Nous avons appliqué nos méthodes de physicien à la dyslexie, les résultats demandent à être confirmés par d’autres laboratoires », souligne toutefois Albert Le Floch.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ