La santé des abeilles menacée

Actualité

N° 357 - Publié le 11 décembre 2017
Guy/Fotolia

Magazine

4324 résultat(s) trouvé(s)

Les facteurs de stress des abeilles augmentent sans cesse. Apiculteurs professionnels et amateurs et acteurs de la veille sanitaire sont mobilisés.

L’hiver, les abeilles dorment. C’est donc la saison que choisissent apiculteurs et acteurs de la santé et de la veille sanitaire de ces insectes pollinisateurs pour se réunir. Quatre cents personnes, professionnels et amateurs, étaient présentes durant les trois jours de congrès de la Fédération nationale des organisations sanitaires apicoles départementales (Fnosad), qui s’est tenu à Rennes du 17 au 19 novembre dernier. « C’est l’occasion de nous rencontrer entre apiculteurs. On s’échange des trucs sur la conduite des ruches, on s’informe sur les réglementations en cours et sur la lutte contre les maladies », explique Édith Helary, apicultrice amateur, adhérente au Groupement de défense sanitaire des abeilles d’Ille-et-Vilaine (Gdsa 35), organisateur du colloque.

Les abeilles sont des animaux difficiles à soigner, car on ne peut pas les isoler. Et, pour éviter de retrouver toute trace de médicaments dans le miel, seuls quelques traitements parasitaires (pour combattre le varroa, par exemple), sont autorisés. « Le varroa peut être à lui tout seul mortel pour les abeilles. La coexposition à d’autres facteurs de stress, tels que les insecticides, fongicides et acaricides, ainsi que les carences nutritionnelles, affaiblit leurs systèmes de défense et les rend encore plus vulnérables à l’infestation par le parasite, précise Gilles Salvat, directeur de la santé animale et du bien-être des animaux à l’Anses(1), à Ploufragan. Or, depuis 20-25 ans, ces facteurs se sont aggravés. Pour améliorer la santé des abeilles, il vaudrait mieux prévenir et traiter les maladies qui peuvent l’être mais également diminuer l’utilisation des intrants phytopharmaceutiques. Cela veut dire se réapproprier d’autres méthodes de cultures dans les champs, mais aussi dans nos jardins, dans les parcs publics... C’est un processus qui prend du temps. »

La remontée rapide vers le Nord du frelon asiatique et les conditions climatiques n’arrangent pas les choses. Le printemps et l’été ont été particulièrement difficiles pour les abeilles et la récolte de miel sera une des plus basses avec moins de 10000 t de miel (contre 16000 t en 2016 et plus de 20000 t les meilleures années). En espérant que 2018 sera meilleure !

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. La journée scientifique annuelle sur la santé des abeilles a eu lieu le 5 décembre dernier à Paris.

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest