Les couleurs retrouvées du cairn de Barnenez

357
décembre 2017
Sur la dalle centrale d'un dolmen, ces peintures jaunes et noires sont presque indécelables à l'œil nu. Seules les gravures sont visibles.
Primitiva Bueno Ramirez

Construit il y a 6500 ans, le cairn de Barnenez est étudié depuis 2010 par Luc Laporte, directeur de recherche Cnrs au Creaah(1) et son doctorant Florian Cousseau(2).

Ils sont les premiers spécialistes des mégalithes à utiliser les méthodes de l’archéologie du bâti, jusqu’alors réservées aux constructions antiques ou médiévales, comme les cathédrales. Scanner laser, restitution 3D, dessins des 40000 pierres du cairn pour comprendre leurs fractures et leurs poses : cette approche dévoile l’évolution de l’architecture et les savoir-faire des bâtisseurs. Avec la spécialiste espagnole Primitiva Bueno Ramirez, des peintures ont été décelées dans deux des onze dolmens. Cette découverte est une première en France pour un mégalithe. Dans l’un des dolmens, un ruban rouge courait le long du couloir ; sur la dalle d’un autre dolmen figuraient des zigzags rouges, des figures noires en U, évoquant des bovidés ou des oiseaux, une autre dalle conserve des traces jaunes. Florian Cousseau a présenté ces résultats le 17 novembre en conférence à l’Espace des sciences à Morlaix.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ