Animaux d'élevage : plus de bien-être

362
mai 2018
Thierry Le Rouzo

Un projet de recherche fédérateur améliore la santé des porcs, des bovins et des volailles.

Des alternatives sont possibles pour améliorer le bien-être des animaux d'élevage et réduire les antibiotiques, explique Hervé Guyomard, directeur de recherche à l'Inra(1) à Rennes.

Des pratiques mutilantes, comme la castration ou la coupe du bec, un projet pilote fédère des éleveurs, des entreprises, des associations, des scientifiques(2) et les collectivités locales. Dans trois territoires de l'Ouest (3), notamment le Centre Bretagne le projet LIT(4) Ouest territoires d'élevage a pour objectif d'améliorer les conditions d'élevage des porcs, des bovins et des volailles.

Éleveurs volontaires

La priorité est de construire un référentiel du bien-être animal. Les premières propositions seront présentées, le 5 juin, lors d'un séminaire en Normandie. Il existe des pistes pour supprimer les opérations douloureuses, favoriser les comportements naturels et augmenter le bien-être des animaux, résume le scientifique. Nous allons les expérimenter avec des éleveurs volontaires. L'objectif est ensuite d'étendre ces nouvelles pratiques au-delà de l'Ouest. Un autre objectif consiste à créer un outil automatisé pour tracer les événements, depuis les pratiques d'élevage jusqu'à la consommation du produit final. Chacun pourra savoir, grâce à son smartphone, comment l'animal a été élevé, transporté, abattu et transformé, note Hervé Guyomard.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ