L’angoisse des enfants surdoués mieux comprise

362
mai 2018

Les enfants à haut potentiel, autrement dit “surdoués”(1), sont 200000 en France. Un tiers d’entre eux a des difficultés psychologiques ou scolaires(2). Le centre national d’aide pour ces enfants, le Cnahp(3), est à Rennes. Parmi les 611 enfants(4) accueillis entre 2005 et 2013, 76,6 % d’entre eux ont des difficultés à l’école(5). Comment mieux comprendre ces enfants, parfois en grande souffrance ? En s’appuyant sur les diagnostics psychiatriques, les autoquestionnaires de l’enfant et les observations parentales, les chercheurs ont montré qu’il y a « une relation significative entre le QI de l’enfant et les troubles de l’anxiété, diagnostiqués par les pédopsychiatres », explique le professeur Sylvie Tordjman(6). La sévérité des troubles est même liée au “potentiel verbal” : « La capacité d’un enfant à mettre des mots sur des notions abstraites, comme la mort ou la maladie dans le monde, renforce ses représentations. Ces problèmes deviennent alors envahissants. Par ailleurs, quand l’un de ces enfants est anxieux, il développe un perfectionnisme sur les mots, pour mettre à distance les émotions. » Ces recherches viennent d’être publiées dans la revue Neuropsychiatry.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ