Les algues dans la peau

364
septembre 2018
Rouges et vertes, ces cellules de macroalgues de l’archipel de Bréhat sont cultivées par BiotechMarine. Erwan Le Gélébart y cherche des molécules pour des actifs cosmétiques.
Nicolas Job /BiotechMarine

Les chercheurs en cosmétique réunis à Saint-Malo.

Dédié aux ingrédients pour la cosmétique et aux biotechnologies, le 8e colloque Cosm’ing(1) s’est tenu à Saint-Malo début juillet. Parmi les intervenants, plusieurs s’intéressent aux algues, dont Erwan Le Gélébart, chef de projet biotechnologies à BiotechMarine(2) : « Nous cultivons des cellules d’algues rouges dans de fortes concentrations en sel », explique-t-il. Dans ces conditions, 35 % des molécules produites par les algues diffèrent de celles trouvées habituellement. Certaines auraient des propriétés anti-inflammatoires, antivirales ou encore anti-tumorales. Mais cela reste à confirmer.

Après la production, vient l’extraction. C’est le sujet de recherche de Gilles Bedoux, à l’Université Bretagne Sud(3). Son équipe utilise des enzymes produites par des microorganismes, pour extraire les molécules des algues. « Le rendement est meilleur qu’un procédé classique. Il est aussi moins polluant, car il ne nécessite pas de solvant autre que l’eau. » Les chercheurs ont évalué les extraits obtenus à partir de trois algues du littoral breton. Ils ont découvert, chez des bactéries ou des virus, des propriétés contre le vieillissement de la peau.

Tabs

Maryse Chabalier

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ