Les chercheurs veillent à l’intégrité scientifique

364
septembre 2018
L’intégrité scientifique est présentée à Rennes par Pierre Corvol, vice-président de l’Académie des sciences (à gauche). Pierre Fournier est le référent à l’EHESP.
Marion Guillaumin

Une journée consacrée à l’éthique et à l’intégrité scientifique a été organisée le 20 septembre, à l’EHESP à Rennes. Elle a rassemblé 90 personnes.

« Pour qu’une recherche soit intègre et fiable, les activités de la recherche doivent suivre une méthodologie rigoureuse et être menées par des chercheurs honnêtes », a expliqué Pierre Corvol professeur émérite du Collège de France et vice-président de l’Académie des sciences. Le chercheur en médecine a ouvert la journée en présentant son rapport (1) remis au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.  

Une nouvelle démarche

« Nous avons la volonté de développer l’intégrité scientifique et de la partager avec nos partenaires, annonce Bernard Jégou, directeur de la recherche à l'EHESP (2) et animateur du colloque. C’est le début d’une nouvelle démarche. » Pierre Fournier, doyen de l’École de santé publique de l’Université de Montréal vient d’être nommé référent intégrité à l’EHESP.

Lutter contre la fraude

La méfiance du public vis-à-vis de la science est l’une des conséquences des méconduites scientifiques. Pierre Corvol s’appuie sur des affaires telles que celle de Wakefield. Dans les années 90, ce chercheur prétendait que la vaccination est responsable de l’autisme. L’académicien préconise un recensement des cas de manquements à l’intégrité et surtout la mise en place d’outils et de services au sein des organismes. L’objectif de cette démarche est de garantir l’excellence scientifique et de lutter contre la fraude.

Tabs

MARION GUILLAUMIN

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ