Vers des pêches françaises durables

Actualité

N° 370 - Publié le 6 mars 2019
Ifremer/S. Paul / M. Guillou
Pour connaître les stocks de poissons, l'Ifremer organise des campagnes océanographiques, en complément des données récoltées en criées ou auprès des pêcheurs. Tous les poissons pris dans le chalut sont identifiés.

Magazine

4280 résultat(s) trouvé(s)

La moitié des stocks de pêche est exploitée durablement, d’après l’Ifremer.

Plus de 420 000(1) tonnes de poissons, crustacés et mollusques ont été pêchées sur les façades maritimes continentales en 2017. L’Ifremer a présenté ce bilan des ressources halieutiques françaises, le 1er février. Près de la moitié(2) des prises a été exploitée de façon durable. Parmi ces espèces, citons la plie et le lieu noir en mer du Nord, la baudroie blanche en mer Celtique et la coquille Saint-Jacques en baies de Saint-Brieuc et de Seine. Dans le golfe de Gascogne, le merlu, l’anchois et...
Cet article est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Connectez-vous

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest