Du poisson pour nos greffes

370
mars 2019
L'innovation naît en mer
L’élasticité de la peau du poisson, ici du saumon d’élevage, intéresse les chercheurs.
Yves Gladu

Des protéines de poisson transformées permettent de réaliser des greffes humaines de tissus ou d’os.

La peau du poisson peut servir pour la greffe de tissus et d’os chez l’Homme. L’idée peut paraître étonnante ! Le collagène de cette peau, autrement dit les protéines qui lui donnent son élasticité, intéresse les chercheurs. « C’est une alternative intéressante aux collagènes de porc et de bœuf utilisés actuellement.

Tabs

Julie Danet

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER