Au bout de la fibre, une exoplanète

371
avril 2019

L’instrument Spirou(1) installé sur un télescope(2) à Hawaï est désormais opérationnel pour repérer des exoplanètes. Il est doté d’une fibre optique développée par la société bretonne Verre fluoré(3). Le signal détecté par le télescope doit être exploitable pour les scientifiques. Son analyse permet de caractériser les exoplanètes autour des étoiles naines rouges (taille, masse et température). « Le signal brut est brouillé, explique Samuel Poulain, directeur de Verre fluoré. Nous avons conçu des fibres optiques qui le rendent exploitable. » Tel un filtre, la fibre nettoie le signal. « Elle doit résister à une température de - 200 °C car l’appareil de mesure est plongé dans un cryostat(4). » Une prouesse technique mondiale.

Tabs

MARION GUILLAUMIN

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ