Cité des télécoms : un voyage dans le temps

La Cité des télécoms (toit triangle) est à Pleumeur-Bodou, près de Lannion. Trégor Drone

À côté du radôme qui domine le paysage du Trégor

Implantée sur le site des premières retransmissions télévisées par satellites, la Cité des télécoms plonge ses visiteurs dans un passionnant voyage dans le temps. Elle propose une exploration de plus de deux siècles d’histoire des télécommunications. Depuis l’avènement du télégraphe jusqu’à l’ère digitale. Sans oublier la réception des premières images télévisées en direct des États-Unis sous le radôme breton.

Neuf espaces thématiques

Fondation d’entreprise du Groupe Orange, la Cité des télécoms compte neuf espaces thématiques pour apprendre en s’amusant. La nouvelle muséographie, dévoilée après quelques mois de travaux, propose un parcours pédagogique et ludique. Les pères fondateurs et leurs inventions (Chappe, Morse, Marconi, Bell, les frères Lumière) ouvrent le bal. Chemin faisant, les visiteurs comprennent comment se pose un câble sous-marin, la composition d’une fibre optique et ce qu’est le spectre électromagnétique. Ils entrent dans la cale d’un navire câblier puis dans les coulisses du monde digital et de l’univers binaire. Ils ont un aperçu de l’évolution technique et technologique

des systèmes de communication, entre les “Demoiselles du téléphone”, en poste dès 1910, et les équipes qui assurent le bon fonctionnement des grands centres de supervision actuels. Chacun à son rythme explore ces thèmes à travers des expositions, des maquettes, des quiz et des jeux interactifs. La voix, l’expo qui vous parle est en place pour deux ans. Prévoir trois heures de visite !

Dans la Terre connectée

Quand ils franchissent le seuil de la Cité des télécoms, les visiteurs sont attirés par une nouvelle salle à l’architecture futuriste. La Terre connectée, l’attraction 2019, se niche au creux d’un espace ajouré, rond comme le globe qui tourne devant eux. Un écran incurvé de 12 mètres de long parcourt le temps, de l’antiquité au 21e siècle. La Terre se rétrécit en même temps que la population mondiale croît. Les dates défilent, le temps s’accélère. Les moyens de communications se multiplient. Des outils disparaissent au profit d’autres. Un spectacle de dix minutes montre qu’au fil des siècles, les hommes ont toujours eu besoin de communiquer.

Au temps des télécartes

La visite du site se termine par la collection historique du groupe Orange : une richesse insoupçonnée de plus de 150 téléphones, dont celui de Graham Bell. Aménagée en salon cosy, la salle aux allures de bibliothèque anglaise compte aussi quatre cabines téléphoniques, reflets de différentes époques, des publiphones, d’anciennes pancartes émaillées... et plus de 700 télécartes. Ces pièces parfois surprenantes proviennent de collectes effectuées auprès de l’entreprise, de dons d’associations et de musées. Une exposition remplie de souvenirs, qui fait le pont entre les générations.

L’histoire du radôme de Pleumeur-Bodou

Le radôme est l’immense ballon blanc qui domine le paysage du Trégor (photo ci-dessus). Il mesure 50 m de haut et sa circonférence est de 200 m. Il pourrait abriter l’Arc de Triomphe.

  • 1961. Début de l’assemblage d’une antenne géante, arrivée en kit des États-Unis. Elle doit son surnom de “grande oreille” à son réflecteur-pavillon de 360 m², constitué de 340 tonnes d’un alliage de magnésium et d’aluminium. Le radôme est l’enveloppe de cette antenne.
  • 1962. Première liaison télévisée par satellite avec les États-Unis (à Andover dans le Maine). Naissance de la Mondiovision. L’antenne reste en activité jusqu’au début des années 80.
  • 1985. Démantèlement du radôme américain, sœur jumelle de l’antenne bretonne.
  • 2000. Le radôme et l’antenne de Pleumeur-Bodou sont classés monuments historiques.
  • 2004. Labellisation “Patrimoine du 20e siècle”.
Infos

La cité des Télécoms est ouverte du lundi au vendredi de 10h à 18h, samedi et dimanche de 14h à 18h.

Renseignement(s)

Tél. 02 96 46 63 80
www.cite-telecoms.com

Ajouter un commentaire