L’air pollué ralentirait le cerveau

373
juin 2019
En ville, la mousse est récoltée sur les murs des cimetières (ici à Lyon). Elle concentre les polluants et permet de cartographier la qualité de l’air.
S. Leblond & C. Meyer

Cent mille personnes sont suivies.

Et si le cerveau fonctionnait moins bien, quand on vit longtemps dans un air pollué ? Pour le savoir, Bénédicte Jacquemin, médecin et épidémiologiste à l’Irset(1), coordonne à Rennes le projet Pocomo(2). Il a commencé en 2017 mais s’appuie sur des recherches antérieures.

Tabs

Renseignements

Rendez-vous le 19 novembre aux Mardis de l’Espace des sciences avec Bénédicte Jacquemin et Philippe Glorennec de l’EHESP(10) pour la conférence “Respirer un air plus sain”.

Nicolas Guillas

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ