Chubacarc : mission réussie à 3000 m de fond

374
septembre 2019
Ifremer - chubacarc 2019

 

Durant 70 jours à bord de L’Atalante1, quarante chercheurs ont inventorié la vie sur des sources hydrothermales du Pacifique2. Ils ont exploré vingt sites hydrothermaux actifs, dont les plus éloignés étaient séparés de 5 000 km. Leur robot3 a plongé entre 1 450 et 3 400 m de profondeur, où il a séjourné 566 heures, soit 24 jours. Les chercheurs ont remonté 120 boîtes de récolte de faune, et 52 échantillons de fluides émis par les sources hydrothermales4. « Nous avons capturé des larves et des fluides sur chaque site, indique Didier Jollivet, chef de projet de la mission Chubacarc5 à la Station biologique de Roscoff6. Le séquençage ADN des larves et l’étude de la composition de leur coquille, liée à celle des fluides émis sur leur lieu de naissance, nous permettra d’établir le degré de parenté entre les populations des sources étudiées. » Les larves migrent-elles loin, les populations sont-elles indépendantes ? Cette étude nécessitera trois ans pour les deux doctorants déjà à l’œuvre.

Tabs

Marc Beynie

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ