Par où passe le hérisson ?

374
septembre 2019
Comment cartographier les mouvements des animaux en ville ? Les écologues ont validé une méthode.
Anatoly ivanov / unsplash

Prévoir le chemin des hérissons permet de redessiner la ville.

Des voies vertes sont créées pour les vélos. Et pourquoi pas pour les hérissons en ville ? C’est le but d’une étude (1) menée par Manon Balbi (2) au cours de sa thèse, au laboratoire Ecobio (3) à Rennes. Ses résultats ont été publiés dans la revue Journal of environmental management.

« L’objectif était de valider une méthode de cartographie des corridors écologiques, explique la biologiste. Elle sert aux aménageurs urbains, dans le cadre de la trame verte et bleue (4). » La méthode, dite du chemin de moindre coût, modélise les itinéraires potentiellement empruntés par les animaux, pour se nourrir ou se reproduire. Elle permet de préserver ces "couloirs écologiques", ou d’en créer de nouveaux.

Manon Balbi s’est intéressée aux hérissons à Rennes. « Il fallait une espèce facile à capturer, qui se déplace beaucoup, avec un grand nombre d’individus en ville. Les hérissons ont l’avantage d’être assez gros pour être détectés et porter un émetteur radio. » Comme les expériences sont réalisées en période de reproduction (entre avril et juillet), les écologues se sont concentrés sur les hérissons mâles. Cela évite d’interférer avec la gestation des femelles et les premiers jours des petits.

La nuit, à la lampe torche

« Nous avons cherché les hérissons la nuit, à la lampe torche, dans les pelouses et les parcs. Quand nous en repérions un, nous lui posions un émetteur radio. Relâché ailleurs, il partait alors en exploration. Nous le suivions toute la nuit ! Il fallait s’en approcher à quelques mètres avec le récepteur radio, pour le localiser toutes les trente minutes. » Les écologues ont ainsi observé le comportement de vingt hérissons, pendant quatre jours et quatre nuits.

« Un hérisson trouvé dans les quartiers résidentiels de Bréquigny, au sud de Rennes, était par exemple libéré dans la coulée verte (5), au nord de la ville, pendant deux nuits, puis dans une zone commerciale les deux nuits suivantes. » Libéré de son émetteur, le hérisson était ensuite ramené chez lui, dans son coin de verdure. Cela a permis d’observer comment ces mammifères se déplacent, dans des zones boisées, herbacées ou très urbanisées.

Les écologues ont comparé les positions relevées à des prédictions de chemins de moindre coût, réalisées par ordinateur. La ville est représentée sur une carte dite "de résistance". Y sont figurées les constructions qui empêchent le passage des hérissons (bâtiments, routes) et celles qui le facilitent (parcs, jardins). L’algorithme relie ensuite par un chemin les zones les plus faciles à parcourir : les parcs, les jardins et les haies.

Oiseaux et papillons

La méthode a été validée. Elle prédit correctement les couloirs écologiques, où les mouvements des hérissons sont facilités. D’autres études réalisées sur des oiseaux et des papillons de nuit devraient confirmer ce résultat cette année. Elles ont été menées par la même équipe, mais pas avec des émetteurs radios, trop lourds pour ces animaux. À suivre.

Tabs

Claire Guérou

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ