Ils étudient la vie sous les futures éoliennes

375
octobre 2019
Capturée au chalut, la faune marine, comme ces poissons, ces crustacés et cette étoile de mer, est triée et mesurée par les scientifiques.
FRANÇOIS LE LOC'H / LEMAR, UBO

Quel est l’effet des éoliennes sur la vie marine ? Cette question a guidé la quatrième campagne en mer du projet Appeal1, du 29 août au 8 septembre. Après avoir réalisé l'an dernier des images du site entre Belle-Île et Groix, où des éoliennes seront installées, les chercheurs2 ont mené un travail d’échantillonnage et d’analyse. Ils ont mesuré des paramètres physico-chimiques (température de l’eau, salinité, oxygène, chlorophylle), prélevé des organismes vivants à différentes profondeurs et récolté des sédiments. Chaque échantillon est aujourd’hui au laboratoire et les résultats seront connus l’an prochain.

L'ensemble de l’écosystème

 « Nous voulons obtenir une vision complète de l’ensemble des composants de l’écosystème pour alimenter nos modèles », résume François Le Loc’h, écologue marin à l’IUEM3 à Brest et responsable scientifique du projet. « Cette approche prend en compte les inte-ractions entre les organismes vivants, souligne Georges Safi, coordinateur du projet à France énergies marines. Cela manque souvent dans les études d’impact. » Cette campagne permettra de connaître “l’état zéro” de la vie marine, avant l'installation des quatre éoliennes flottantes, qui tourneront en 2021 entre les deux grandes îles.

Tabs

RONAN LE COZ

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ