Un mathématicien défendit Dreyfus

376
novembre 2019
Jules Andrade (à gauche) est le premier scientifique rennais à prendre la défense de Dreyfus dès 1898.
Famille Andrade / Jos Pennec - Musée de Bretagne

L’esprit scientifique a impulsé une volonté de juger sur preuve.

À la fin du 19e siècle, le mathématicien Jules Andrade est professeur à la faculté des sciences de Rennes. Trois jours après l’article « J’accuse » d’Émile Zola, il publie dans L’Aurore du 16 janvier 1898 une lettre ouverte au général Auguste Mercier. Il écrit à son “cher ca-marade”, formé comme lui à l’École polytechnique, qui était ministre de la guerre lors de la condamnation de Dreyfus. Jules Andrade exige la révision du procès, en invoquant la vérité et la probité scientifique.

À...

Nicolas Guillas

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ