Portraits

Jean-Charles Caslot / Fondation L'Oréal
Marie Kerjean
29 ans
Originaire de Landerneau, la mathématicienne du Laboratoire des sciences du numérique de Nantes a reçu une bourse Jeunes talents du programme L’Oréal Unesco pour les femmes et la science.

"Il faut rester en éveil et continuer à apprendre"

1

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été chercheur ?

J’ai voulu être archéologue, mais j’aimais aussi la philo et les maths. Il y a des similitudes entre comprendre l’agencement historique d’une muraille et résoudre un théorème !

2

Aujourd’hui, qu’avez-vous trouvé ?

Je veux rapprocher les maths utilisées pour la physique de celles de l’informatique. Les premières sont dites “conti-nues”, car les événements traités sont reliés. Les secondes sont “discrètes” : elles traitent un grand nombre de don-nées. J’utilise des structures mathématiques pour rapprocher ces deux mondes.

3

Le hasard vous a-t-il déjà aidé ?

Il m’arrive de lire un ouvrage scientifique ou d’assister à un séminaire, en dehors de mon domaine. Parfois, je vois quelque chose qui fait sens pour moi, dans les recherches d’une autre personne. C’est rare, mais c’est génial ! Il faut rester en éveil, continuer à apprendre et stimuler ces hasards-là.

4

Qu’avez-vous perdu ?

Je suis en postdoctorat et n’ai aucune idée de ce qui m’arrivera dans un an. Pour obtenir un emploi stable, il faut avoir des résultats, vite. Cette pression fait perdre un peu du plaisir de chercher. La recherche nécessite du temps et de pouvoir faire des erreurs.

5

Que faudrait-il mieux ne pas trouver ?

Les mathématiques sont une cathédrale. Nous travaillons à partir des études de nos prédécesseurs. Le mieux serait de ne pas trouver une erreur dans des travaux déjà publiés.

6

Quelle est la découverte qui changerait votre vie ?

Je ne sais pas encore. J’ai des objectifs mais, une fois atteints, j’en trouverai de nouveaux. Arrivé sur un sommet, vous distinguez une chaîne de montagnes qui s’étend derrière…

7

Qu’est-ce qui vous ferait douter de la rationalité ?

En tant que mathématicienne, je suis immergée dans la rationalité. Mais cette culture n’est pas très présente dans la société. La démarche scientifique s’apprend et se transmet. Les chercheurs doivent faire attention à ne pas être méprisants vis-à-vis des personnes qui n’ont pas cette culture.

Interviewé par
Marc Beynie

Ajouter un commentaire