L'architecture devient évolutive

384
Novembre décembre 2020
La révolution de l'habitat
BORDAS+PEIRO
Les différents modes d'évolutivité du projet Maison des Ingénieurs, à Saclay.

Dans une époque de changements, comment construire des bâtiments qui s'adaptent vite ? L'ingénieur Michel Peiro, maître de conférences à l'École nationale supérieure d'architecture de Bretagne, a organisé cette année un colloque sur l'architecture évolutive.

 « Pour des questions d'espace ou liées au marché, on démolit les bâtiments et on reconstruit. Cette logique n'est plus valable dans un contexte d'urgence écologique », explique le chercheur au Grief1.

Des pièces génériques

Depuis les années 1950, les bâtiments sont souvent dédiés à des usages précis, avec des murs intérieurs porteurs. Impossible de transformer un appartement pour télétravailler, ou d'agrandir le séjour quand les enfants, devenus adultes, ont quitté leurs petites chambres. Impossible encore d'agrandir des salles de classe de 60 à 90 m2, en cas d'épidémie. Tout est figé dans le marbre ! « Nous devons retrouver ce savoir-faire ancestral, qui consiste à faire des pièces génériques. Leurs dimensions sont semblables et elles permettent plusieurs usages. »

Mais comment bâtir sans empêcher d'autres utilisations du bâtiment, parfois inimaginables, dans le futur ? « Que ce soit pour des logements, des lycées, des bureaux, ou même des musées, la structure peut être constituée de poteaux et de dalles. Il n'y a plus de mur béton. Avec le système poteau-dalle2, les parois deviennent du remplissage : elles pourront être modifiées si besoin, sans faire tomber le bâtiment. Cette façon de faire aura davantage d'effet pour la transition écologique que de mettre du bois sur la façade d'un bâtiment. »

Une vision à long terme

Le problème de cette technique est son coût plus élevé qu'une construction classique. Elle sera mise en œuvre seulement si les maîtres d'ouvrages, promoteurs immobiliers et collectivités qui passent commande, ont une vision à long terme. Au colloque à l'Ensab, 150 personnes étaient présentes, architectes et étudiants, mais aussi maîtres d'ouvrage et aménageurs, notamment de Rennes et Vannes. Des bâtiments à l'architecture évolutive commencent à être créés par les agences. Il existe quelques rares exemples en France, mais pas encore en Bretagne.

Tabs

NICOLAS GUILLAS

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER