Un robot bâtisseur

384
Novembre décembre 2020
La révolution de l'habitat
MARIE HILARY
Sébastien Garnier, Fanny Buyens et Hedy Zouaoui devant le robot qui a construit un logement social à Nantes. Doté d’un bras de 4 m et guidé par un laser, cette machine imprime des murs en 3D. L’encre utilisée est une matière plastique (polyuréthane).

 

« Yhnova est le premier logement social construit par impression 3D, par notre robot », raconte Sébastien Garnier, chercheur en robotique au LS2N1 à Nantes. En 2017, les murs d’une maison de 95 m² ont été  imprimés en 54 h, grâce à la technologie de Batiprint3D, développée à l'Université de Nantes2. Un robot dépose des couches de mousse expansive en polyuréthane. Ce matériau isolant, très répandu3, sert de coffrage. « Nous l’avons choisi pour ses capacités d’expansion.
Une fois chauffée, la mousse multiplie son volume par 40. » La superposition des couches se fait très vite et le séchage dure trente secondes. Le béton est ensuite coulé entre les parois en polyuréthane. « L’isolation est supérieure d'environ 30 % aux attentes de la réglementation thermique4. » Les murs courbes de la maison facilitent la circulation de l’air.

Construire rapidement

« L’empreinte écologique est limitée par l'utilisation de PET5 issu des bouteilles en plastique », explique Hedy Zouaoui, PDG de la start-up Batiprint3D. L’entreprise, fondée en décembre 2019, a d’autres projets. « À Nantes, la main d’œuvre manque pour construire chaque année les 4 000 nouveaux logements nécessaires. L’impression 3D permet de construire rapidement les fondations, en diminuant la pénibilité. » La start-up prépare pour mars 2021, près d’Angers, une maison à étage : Empreinte.

Tabs

MARIE HILARY

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER