Épidémies : quand la réalité rejoint la fiction

ALEX ALICE
Détail de l'affiche des Utopiales, un festival international de science-fiction à Nantes.

Les virus n’ont pas attendu le Covid-19 pour contaminer la science-fiction. Rencontre à Nantes, avec deux scientifiques et un réalisateur.

De La planète des Singes à World War Z, les virus inspirent les auteurs qui imaginent l’extinction de l'humanité. Chaque année, le festival international de science-fiction Les Utopiales se tient début novembre à Nantes. S’y mêlent des auteurs, des scénaristes pour le cinéma, les jeux vidéo… et des scientifiques.

Une web-conférence

L’édition 2020 proposait d’ouvrir les festivités autour d’une table ronde sur les épidémies et les virus. La crise sanitaire ayant perturbé l’évènement, la discussion a pris la forme d’une web-conférence animée par Le labo des savoirs, une émission radio nantaise. Disponible sur la chaîne YouTube de l’Inserm, elle a rassemblé Philippe Roingeard, virologue au CHU de Tours, Johanna Zoppi, doctorante en bio-informatique à l’Inserm de Nantes et Rémi Forte, réalisateur de films scientifiques.

La crise sanitaire actuelle a pris les gouvernements et les citoyens au dépourvu. Pourtant, les comportements auraient pu être anticipés. En effet, le jeu vidéo fantaisie World of Warcraft1 a suscité l’intérêt de nombreux épidémiologistes à la suite de la propagation d’une pandémie virtuelle en 2005. Tout a commencé par la création d’un nouveau “boss” capable de lancer un sort contagieux aux familiers, sortes d’animaux de compagnie des joueurs. « Un bug informatique a permis aux familiers de devenir porteurs sains du virus et de contaminer les joueurs », explique Johanna Zoppi. De manière surprenante, le mode de contamination s’apparente à celui du Sars-CoV2. « Présent chez la chauve-souris, le virus a muté et a été capable de contaminer les êtres humains », précise Philippe Roingeard. Certains comportements des joueurs lors de la pandémie virtuelle font écho à des conduites actuelles. Comme la désertion des grandes villes, la mise en quarantaine ou encore l’offre de soins par des guérisseurs.

Fonte du pergélisol

Le 21e siècle en est à son septième épisode épidémique grave, du H7N9 au Covid-19 en passant par Ebola. Et le scénario ne semble pas prêt de s’arrêter notamment en raison de la fonte du pergélisol. « Il recouvre un quart des terres arctiques émergées et abrite de nombreux virus potentiellement néfastes », explique Rémi Forte. Le réalisateur a reçu le Prix Ushuaïa TV en octobre dernier pour son projet de film Dégel du pergélisol : une bombe à retardement.

L’inquiétude est palpable depuis qu’un enfant est décédé de l’anthrax2 en Sibérie en 2016. En dormance depuis 75 ans, la bactérie3 responsable de cette maladie a refait surface lors du dégel d’un cadavre de renne contaminé. Une fois libérée, la bactérie a infecté de nouveaux troupeaux. C’est l’ingestion de viande de renne contaminée qui a entraîné la mort de l’enfant. Face à l’ampleur des conséquences sanitaires du réchauffement climatique, quid d’un jeu vidéo pour anticiper nos réactions ?
 

Notes
1. Qui se joue en ligne.
2. Encore appelée maladie du charbon.
3. Bacillus anthracis.

Organisateur
MARIE HILARY

Ajouter un commentaire