Biodiversité : les élèves bretons protègent le littoral

AGNES BOIRON
Ronan Houeix résume le trajet des eaux usées, sur la plage de Saint-Enogat. Cette Aire marine éducative est gérée par 25 élèves de CM2 de l’école Alain Colas de Dinard.

Dans 40 écoles de la région, les élèves décident eux-mêmes des actions à mener pour valoriser et protéger un espace côtier.

Une fois par mois, les élèves de CM2 de l’école Alain Colas de Dinard descendent à la plage de Saint-Enogat. À moins de 15 minutes à pied, elle est devenue leur Aire marine éducative1 (AME). Pour réfléchir à la protection du site, les 25 enfants s’intéressent à sa biodiversité ainsi qu’à sa cartographie. Ils étudient le plancton, le sable, et observent les oiseaux et les marées.
Ce matin, la sortie s’organise autour du trajet des eaux usées. Un rallye est organisé par Émilie Le Helloco de l’Association Escale Bretagne2, référente pédagogique du projet. « Toutes les activités sont reprises en classe. Chaque élève réalise un compte rendu, un dessin ou même une carte mentale, poursuit l’enseignant Ronan Houeix. Les enfants s’ancrent dans leur territoire. Ils apprennent à décrire les différentes facettes du site et à nommer les phares, les balises, les îles. Ils comprennent que leur plage est assez unique avec une cuvette d’eau salée permanente, refuge des alevins  et riche en herbiers marins. »

Hippocampe et étoile de mer

Le projet des AME, monté en 2012 aux Iles Marquises, connaît un réel engouement en Bretagne depuis trois ans. Cette année, 40 établissements scolaires3 sont labellisés par l’Office français de la biodiversité. Il y en aura le double à la rentrée prochaine...  car la Bretagne ne s’arrête pas là ! Cette démarche4 est devenue l’une des six priorités du projet académique breton. Avec comme ambition de faire de la région une grande aire marine éducative. « Nous voulons que chaque circonscription ait une aire éducative marine ou terrestre, s’enthousiasme David Guillerme, chef de mission académique pour l’éducation au développement durable. Ce projet est un formidable support ludique pour les enseignements scientifiques, de français et même artistiques. »
Le géologue Bruno Caline confie : « Se lancer n’est pas si difficile. »  Il est référent scientifique des animations, à l’origine de l’AME de l’école Alain Colas, la seule labellisée à ce jour en Ille-et-Vilaine. « Il faut créer un binôme entre une école et un référent éducateur nature. » C’est surtout la démarche éducative de sensibilisation et de gestion avec les acteurs locaux de la mer qui est labellisée. « Mes élèves ont écrit au maire pour avoir l’accord de créer une AME. Lors d’un conseil de la mer élargi, ils ont proposé aux élus locaux d’installer quatre panneaux interactifs et ludiques », illustre Ronan Houeix. Créés par les enfants, mais financés et fabriqués par la mairie, ils seront placés en juin sur le promontoire de la plage. Le visiteur s’amusera à retrouver la fameuse cuvette, les plateaux rocheux et les sables coquilliers. Il s’émerveillera du vaste panorama et découvrira que la mouche de plage et la puce de mer vivent en haut de l’estran, tandis que l’hippocampe côtoie l’étoile de mer dans la cuvette, sans oublier le tourteau bien caché dans les rochers couverts d'algues.

116 kg de déchets ramassés

Du côté de Lorient, l’école élémentaire Jean-Marie Georgeault à Locmiquélic commence l’aventure avec la Maison de la Mer5. Très actifs depuis janvier, les 24 élèves de CM2 ont choisi leur aire, parmi cinq zones pré-identifiées. Un travail d’observation, puis de comparaison selon leurs propres critères a eu lieu. « Lors du conseil de la mer, nous avons voté pour la zone devant la capitainerie, très envasée, mais accessible car c’est la plus en danger, écrit l’un des élèves dans le carnet de bord en ligne. On veut y retirer la pollution pour que la faune et la flore se développent. On va aller discuter avec la capitainerie et les propriétaires des bateaux. » Pour protéger cette zone, les élèves ont déjà ramassé 116 kg de déchets. Une prochaine sortie consacrée au plancton apportera des éléments sur la pollution du milieu. Pour partager leurs connaissances, les élèves iront sur le marché en mai et animeront une journée portes ouvertes dans l’école. De vrais ambassadeurs !

 

Notes
1. Une zone maritime littorale gérée par les élèves d’une école.
2. Association pour l’éducation à l’environnement.
3. 33 AME et 7 ATE (Aire terrestre éducative) impliquent des élèves de la primaire au collège. Une expérimentation est en cours dans un lycée.
4. Pilotée par la Direction régionale de l’OFB, l'Académie, la Dréal, la Région Bretagne, le Reeb, l'URCPIE et l'Agence bretonne de la biodiversité.
5. Association de découverte des activités maritimes et portuaires, à Lorient.

Infos

David Guillerme
ce.daac@ac-rennes.fr

Ajouter un commentaire