Hydrates de gaz, une bombe à retardement ?

Actualité

N° 392 - Publié le 30 septembre 2021
STEPHANE LESBATS / IFREMER
Dans les eaux profondes, les hydrates de gaz forment une structure solide qui s’apparente à de la glace.

Magazine

4115 résultat(s) trouvé(s)

 

Au fond des océans, les sédiments piègent des gaz1. À forte pression et basse température, du méthane peut ainsi être emprisonné dans une cage d’eau. L’ensemble forme une structure solide et stable qui s’apparente à de la glace, appelée hydrate de gaz. Mais il arrive que les conditions de pression et de température varient et fassent “fondre” ces hydrates de gaz. Déstabilisés, ils libèrent du gaz sous forme de bulles qui se dispersent dans les sédiments et la colonne d’eau. Conséquences ? L’océan s’acidifie et n’arrive plus à jouer son rôle de régulateur du climat. Une fois à l’air libre, l’hydrate de gaz libère 164 fois son volume en gaz et accélère l’effet de serre actuel. De plus, les gaz libérés créent une surpression dans les sédiments entraînant parfois des glissements de terrain importants. Une équipe de 80 scientifiques a embarqué2 à bord du navire le Pourquoi pas ? pour étudier les risques liés à ce phénomène. Direction la mer Noire où la fonte des hydrates s’accélère !

MARIE HILARY

1. Principalement du CO2, du H2S et du CH4
2. Du 16 août au 1er octobre 2021.

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest