Portraits

PAULE-ÉMILIE RUY
Pascaline Caudal
Doctorante en écologie à l’Université de Bretagne Occidentale

« La biodiversité sur les terrains militaires »

J’étudie la biodiversité de six terrains militaires en France intégrés au réseau Natura 2000. Puis, j’identifie si elle est différente de celle retrouvée sur certains sites Natura 2000 sous gestion civile. Pour cela, j’y recense les boisements résineux, les insectes et les araignées. Je m’intéresse particulièrement aux coléoptères, de la famille des carabes. La présence ou absence de certaines de ces espèces renseignent sur l’état de santé de l’écosystème.

Évolution des camps

Mes recherches sont pluridisciplinaires et ne s’arrêtent pas à l’inventaire de la biodiversité. J’essaye aussi de retracer l’évolution du paysage des camps militaires en analysant d’anciennes photographies aériennes. Je mène également une enquête, axée sciences sociales, pour comprendre la perception qu’ont les soldats, les gradés ainsi que le grand public des sites utilisés par l’armée pour s’entraîner.
Pour le moment, j’analyse les données issues de tous ces projets. Mais des études similaires menées en Australie, en Allemagne et en République tchèque indiquent qu’il existe deux tendances opposées au sein des mêmes terrains militaires. Ils sont par endroits sauvages ou très perturbés à cause du piétinement, des explosions et des tirs.

Propos recueillis par
PAULE-ÉMILIE RUY

Ajouter un commentaire