Les satellites sous contrôle

401
septembre 2022
SALOMÉ REMAUD

 

« Imaginez, vous êtes dans un train et vous voyez une biche passer. Il est facile de garder nos yeux fixés sur elle, mais pour un robot ce n’est pas évident ! » Maxime Robic, doctorant à l’Irisa1 à Rennes, étudie l’asservissement visuel. « Ce sont des techniques qui consistent à contrôler un robot à partir d’images, pour lui permettre notamment de suivre un objet en mouvement. » Le jeune chercheur2 a adapté cette méthode à l’Espace. « L’objectif de ma thèse est de permettre à un satellite d’ajuster ses paramètres, comme son inclinaison, afin d’acquérir des images d’objets précis sur Terre comme une biche ou un bâtiment. » Les facteurs  à prendre en compte ont été nombreux : un satellite va très vite, l’objet observé est lointain et parfois en mouvement lui-même… et la Terre bouge elle aussi ! La méthode de Maxime Robic a été validée par des simulations informatiques, et il espère la voir appliquée à de véritables satellites. C’est peut-être pour bientôt, car Airbus est intéressé par ses recherches qui permettraient par exemple l’observation et l’évitement des débris spatiaux.

Tabs

Salomé Remaud

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ