L’inquiétude est palpable

Climat : notre santé en danger

N° 402 - Publié le 29 septembre 2022
JEROME GILLES / NURPHOTO VIA AFP

Magazine

4259 résultat(s) trouvé(s)

 

Incendies, inondations, canicules… Les conséquences du dérèglement climatique sont de plus en plus visibles. « L’exposition prolongée à ces événements ou aux informations associées peut générer une inquiétude plus ou moins intense appelée éco-anxiété », présente Hélène Jalin, psychologue et doctorante à la faculté de psychologie de Nantes. Accompagnée d’Anne Congard et d’Abdel Halim Boudoukha, professeurs de psychologie, elle a réalisé des entretiens auprès de 18 personnes s’autoproclamant éco-anxieuses. Un questionnaire a ensuite été créé et diffusé auprès d’un peu plus de 400 personnes. Les résultats de l’étude suggèrent que l’éco-anxiété se caractérise par trois dimensions : la manifestation quotidienne d’émotions négatives1, la difficulté à interagir avec l’entourage lorsque celui-ci ne se sent pas aussi concerné, ainsi qu’une préoccupation presque obsessionnelle où chaque action rappelle l’urgence climatique. « Chez les femmes, ce sont l’émotion et les pensées négatives qui prédominent tandis que chez les hommes c’est plutôt le côté obsessionnel. À chaque fois, cela se manifeste physiquement comme des maux de ventre au moment de prendre sa
voiture. » Sans surprise, les jeunes sont les plus éco-anxieux. « Dans certains cas, la détresse psychologique peut devenir pathologique et mener à des épisodes dépressifs. »

Sensibiliser les thérapeutes

Dès lors, comment mieux vivre son éco-anxiété ? « Nous mettons progressivement en place des accompagnements individuels et collectifs pour aider ces personnes à accorder leurs valeurs écologiques avec leurs actions et leur environnement », répond Anne Congard. « Pour que ces accompagnements soient pertinents, il faut aussi sensibiliser et former les thérapeutes à ces questions. C’est pourquoi nous avons créé l’association Rafue2 », complète Hélène Jalin. Une initiative qui devrait épauler thérapeutes et citoyens dans leur quête de sens.

MARIE HILARY

1. Telles que la rumination, la culpabilité et la tristesse.
2. Réseau des professionnels de l'accompagnement face à l'urgence écologique

TOUT LE DOSSIER

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest