L’étrange métabolisme du fer dans l’Espace

Actualité

N° 405 - Publié le 28 décembre 2022
DLR
En 2019, pour une étude portée par l'Esa et la Nasa, 24 personnes sont restées alitées 60 jours pour modéliser l'absence de gravité sur le corps humain.

Magazine

4280 résultat(s) trouvé(s)

En cas d’inactivité extrême, comme chez les astronautes, la répartition du fer dans le corps est modifiée. Un mécanisme encore mal connu, qui pourrait faire avancer l’exploration spatiale.

Quel est le point commun entre un astronaute et un patient en réanimation ? Pour Mathieu Horeau, doctorant en sciences et techniques des activités physiques et sportives à l’Université de Rennes 1 et à l’Inserm (Institut NuMeCan), la réponse est évidente. « Ils sont tous les deux exposés à une inactivité extrême », indique le chercheur de 25 ans, qui a investi les paillasses du laboratoire Mouvement, sport et santé (M2S), à Bruz, il y a trois ans. Son objectif : comprendre comment le métabolisme...
Cet article est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Connectez-vous

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest