Un havre pour les plantes menacées

323
septembre 2014
© Nathalie Blanc
Dans son parc, ses serres et son laboratoire, le Conservatoire botanique national de Bretagne préserve la biodiversité végétale de Bretagne et d'ailleurs.

Depuis quarante ans, à Brest, un conservatoire préserve la flore sauvage de Bretagne et d’ailleurs.

C’est au fond d’une petite rue, dans les quartiers est de Brest, que l’on entre au Conservatoire botanique national. Un parc de 30 ha, au milieu duquel coule le Stang-Alar, foisonnant de verdure, entre eucalyptus australiens et choux marins bretons. Cet espace est ouvert au public, gratuitement. Mais ce n’est que la partie émergée d’une structure bien plus vaste. Né en 1975, d’une volonté commune de l’agglomération brestoise et de l’association Bretagne Vivante, cet établissement public multiplie les missions au secours des espèces végétales sauvages menacées. « Le conservatoire de Brest a été le premier conservatoire botanique en France, rappelle Dominique Dhervé, le directeur. Aujourd’hui il en existe onze, qui couvrent presque toute la métropole, ainsi que certains DOM. »

Le paysage vu du ciel

Sa mission première, c’est l’inventaire et le suivi de la biodiversité végétale d’un grand Ouest qui comprend la Bretagne, la Basse-Normandie et les Pays de la Loire. « Nous sommes en train de constituer un herbier de référence, qui recensera les 3000 espèces identifiées. »

La structure s’est également lancée dans la télédétection. « L’idée, c’est de cartographier les grands types de végétation à partir des photographies aériennes infrarouge de l’IGN, détaille Vanessa Sellin, responsable du projet, les forêts de feuillus, de conifères, les landes, mais aussi les zones humides. Nous avons travaillé avec des laboratoires de recherche de Brest, Nantes et Rennes pour mettre au point les procédures de traitement des images. L’année dernière, nous avons testé la méthode sur la commune d’Hanvec dans le Finistère. Cette année nous allons essayer de couvrir la moitié du parc naturel régional d’Armorique. Et plus tard, peut-être, toute la région Bretagne. »

Préserver la diversité

Sur ce territoire d’action, cinq à six cents espèces sont considérées comme plus ou moins menacées. Une soixantaine de plans de sauvegarde sont en cours. À Belz, dans le Morbihan, le conservatoire étudie un site qui abrite les derniers pieds français d’Eryngium viviparum. Ce panicaut, qui ressemble à un petit chardon, aime le pâturage extensif. Le terrain de Belz appartient aujourd’hui à l’association Bretagne Vivante, et l’espace alentour au Conseil général. « Nous remettons en place un peu de pâturage, explique Erwan Glémarec, qui coordonne le plan de conservation. Il faut pérenniser et renforcer les populations, pour les réintroduire dans d’anciennes stations. »

Et pour mieux connaître la diversité génétique, des échanges sont en cours avec l’Espagne et le Portugal, où Eryngium survit également.

Depuis sa création, le conservatoire de Brest se distingue de ses homologues par une particularité : un goût bien prononcé pour les collaborations internationales. Après le sauvetage d’une espèce endémique de l’île Maurice(1), il porte aujourd’hui secours à un arbre d’Haïti, le genévrier d’Ekman (lire encadré ci-contre). « En Indonésie, nous travaillons sur le sauvetage et la conservation du genre Rafflesia, ajoute Stéphane Buord, chargé des projets internationaux, c’est une plante parasite, qui vit comme un champignon à l’intérieur d’une liane

Faire renaître des fossiles

Et, comme un pied de nez aux dégâts causés par l’homme, le conservatoire s’intéresse aussi aux espèces déjà éteintes. « On peut retrouver des graines fossiles dans les herbiers, mais aussi dans le sol. Nous voulons observer s’il y a encore de la vie dans ces graines, s’il est possible de les régénérer, avec ou sans biotechnologies. » Après les serres tropicales, sera-t-il un jour possible de se balader parmi la flore préhistorique à Brest ?

L’arbre qui se cache dans la forêt

Avec ses dix mètres de haut, le genévrier d’Ekman semble solide. Mais c’est un rescapé. Il y a deux ans, un seul pied était recensé dans la Forêt des Pins d’Haïti, sur l’île d’Hispanida, seul lieu au monde qui l’abrite, mais également l’un des pays les plus touchés par la déforestation. Depuis, le Conservatoire botanique national de Brest s’est engagé dans un programme de sauvegarde, en lien avec des acteurs locaux. Deux autres sites ont été repérés. Des microbouturages et des multiplications in vitro sont en cours avec le Centre de ressources technologiques breton Vegenov. Le programme doit aussi améliorer les structures sur place, afin que l’expérience profite à l’ensemble de la forêt.

Renseignements encadré : 
Fanch Le Hir f.lehir@cbnbrest.com

Tabs

Céline Duguey

Ajouter un commentaire