Cet objet n’est pas une pipe...

338
janvier 2016
E.SENSORY

Imaginée par une Brestoise, cet objet connecté vise à faire connaître la lecture numérique sensorielle.

Chaque année, les start-up sont nombreuses à se lancer dans le monde des objets connectés. Mais comment réussir à se démarquer ? Christel Le Coq, fondatrice en 2014 de l’entreprise brestoise E.Sensory, a choisi de créer la surprise en proposant un objet osé. « Vibrez de plaisir à la lecture de votre roman préféré... grâce au premier sextoy connecté, le Little Bird® », promet l’entrepreneuse. Le principe est simple : au fil d’une lecture érotique sur smartphone ou tablette, les paragraphes les plus émoustillants sont floutés. Un souffle ou une caresse du doigt sur l’écran rend le texte lisible et déclenche les vibrations du petit oiseau via une connexion Bluetooth. Diplômée en communication, la Brestoise s’est entourée de compétences 100 % bretonnes en informatique, design industriel et développement commercial pour mener à bien son projet. Six éditeurs ont également accepté de jouer le jeu. Leurs livres érotiques seront téléchargeables sur l’application dédiée. « Nous profitons du marché de l’érotisme pour faire connaître la lecture numérique sensorielle. L’utilisation du sextoy ne nécessite qu’un smartphone, c’est accessible à tous. Mais notre innovation peut s’appliquer à plein d’autres domaines : il s’agit de connecter un contenu multimédia (écrits, sons, vidéos) à un objet qui reproduit des sensations chez l’utilisateur.» Au cinéma, par exemple, on pourrait imaginer que le rythme cardiaque de James Bond ou un impact de balle puisse être ressenti physiquement par le spectateur via un tee-shirt connecté. Après la 3D et le son spatialisé, le dispositif haptique veut rendre l’expérience encore plus immersive. En attendant, le pari de Christel Le Coq a déjà convaincu la Banque publique d’investissement (BPI/French Tech) et la Région Bretagne, qui apportent leur soutien financier. Et le Little Bird® connaît ses premiers succès. E.Sensory a reçu un Blue Award de la part de l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC) qui récompense la création d’un nouveau marché. Christel Le Coq est également lauréate de bronze du Trophée national les Femmes de l’économie 2015. Très attendue au CES, Consumer Electronics Show de Las Vegas, qui s’est tenu du 6 au 9 janvier dernier, la start-up a remporté un CES Innovation Award dans la catégorie Wearable Technologies (1). En France, les premiers modèles devraient être livrés avant la Saint-Valentin... Alors, tentés ?

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ