Du loup au chien : la double piste

344
septembre 2016
Musée de l'Homme
Crâne d'un chien du néolithique.

Il y a 15000 ans, en Europe et en Extrême-Orient, des hommes domestiquaient les loups.

C’était une question ancestrale : où et quand le chien a-t-il été domestiqué ? La meilleure réponse de tous les temps, résultat d’une approche globale, a été publiée dans la revue Science(1), datée du 1er juin. Il y a environ 15 000 ans, des hommes vivant en Europe de l’Ouest et en Asie du Sud-Est, à plus de 8000 km de distance, ont eu la même idée : domestiquer le loup, pour qu’il les aide à chasser.

L’étude internationale a été pilotée depuis Oxford, en réunissant des archéozoologues, des paléogénéticiens et un bioinformaticien rennais. Ils ont extrait et étudié l’ADN des fossiles de 60 animaux, trouvés sur une quinzaine de sites archéologiques, datant de - 4 500 ans à -15000 ans, de l’Irlande à l’Indonésie.

« Il y a deux profils génétiques différents, il y a donc eu deux foyers de domestication, résume Christophe Hitte, de l’Institut de génétique et développement de Rennes, qui a étudié l’organisation et les mutations des gènes, dans le temps et l’espace. L’ADN moderne des chiens européens ne correspond pas à l’ADN ancien local, mais à celui de l’Asie, détaille-t-il.

Il y aurait donc eu un mouvement de remplacement de la population originelle d’Europe, avec les migrations des peuples d’Est en Ouest. » Cette recherche de trois ans sera complétée par une étude de plusieurs centaines de restes archéologiques de chiens fossilisés, sur une période et une zone géographique plus vastes encore.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ