Soigner le diabète autrement

Un nouveau traitement contre le diabète pourrait voir le jour grâce à une équipe rennaise.

Agir sur un nerf pour combattre l’obésité et le diabète de type 2. Cette idée n’a encore été testée que sur quinze miniporcs de l’unité AniScan (1) de l’Inra de Rennes, mais semble prometteuse (2). Charles-Henri Malbert, directeur de l’unité, s’est intéressé au nerf vague, qui transmet les signaux de satiété depuis le système digestif jusqu’au cerveau. « Avec nos collègues australiens, nous nous sommes aperçus que les capteurs (au niveau du tube digestif) sont comme anesthésiés chez l’homme obèse », explique-t-il. Il faut alors plus de temps et de nourriture avant que le signal de fin de repas ne soit envoyé. Pour pallier ce déficit, les chercheurs ont eu l’idée de placer des électrodes autour du nerf vague, au niveau de l’abdomen. Celles-ci envoient régulièrement des signaux électriques, qui rétablissent le fonctionnement normal de structures cérébrales jusqu’alors altéré par l’obésité. Le premier effet visible est que les porcs obèses stimulés mangent moins. Un second effet, inattendu, intéresse encore plus les chercheurs : la stimulation électrique augmente la libération d’une hormone, qui favorise l’utilisation du glucose par les muscles, et rétablit la sensibilité à l’insuline. « Cet effet est très intéressant, se réjouit le chercheur, car près de la moitié des obèses morbides (3) sont atteints de diabète de type 2. Celui-ci s’installe lors d’une diminution de la sensibilité à l’insuline. Le muscle ne joue alors plus son rôle de puits à glucose. » Les premiers tests sur des patients devraient avoir lieu dans le courant de l’année. Mais, avant, il faudra former des chirurgiens, car c’est la première fois que de la neurostimulation est utilisée dans l’abdomen !

350
mars 2017

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ