Du plancton fait maison !

350
mars 2017
Quinze grammes par jour de spiruline suffisent à fournir à notre corps toutes les vitamines et oligoéléments nécessaires. Ce prototype de culture pourrait inciter à sa consommation.
La Voie Bleue

Une start-up développe actuellement un outil pour cultiver et profiter des bienfaits de la spiruline fraîche chez soi.

D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), plus de 900000 millions de personnes souffriraient de malnutrition dans le monde et plus de 2 milliards de carences en fer, vitamine A ou en iode... Un constat alarmant qui risque de s’aggraver avec le besoin en protéines d’une population en augmentation. Pour contribuer à résorber ce problème, l’association La Voie Bleue (1) promeut l’accessibilité aux microalgues. « La spiruline, par exemple, requiert moins d’eau que toutes les autres sources de protéines agricoles connues ; elle produit 20 fois plus de protéines par unité de surface que le soja, par exemple, et 200 fois plus que le bœuf », compare Pierre Mollo, cofondateur de l’association et ex-enseignant-chercheur en biologie marine du ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Sa consommation, ainsi que celle de Chlorelle et d’Odontella (très riches en oméga-3), deux autres micro-algues, reste malheureusement trop souvent l’apanage des acheteurs de compléments alimentaires. »

 

Comme une yaourtière

Aussi, pour encourager l’entrée de ces algues dans notre régime alimentaire, l’association a mis au point avec sa start-up Alg&You (2), basée à Toulouse, un prototype de “phytotière”. « Pour produire sa spiruline maison, il suffit d’ensemencer les dix litres d’eau que peut contenir cette sorte de vase transparent avec nos souches, explique le spécialiste du plancton. Il faut ensuite gérer le rythme de la photosynthèse en réglant le système électronique de gestion de la lumière, de l’agitation et de la température de votre phytotière. » On peut ainsi obtenir vingt grammes de pâte de spiruline fraîche par jour que l’on peut conserver une semaine au réfrigérateur.

Plusieurs prototypes sont en cours de tests et pourraient être également déclinés pour les besoins de la restauration collective (des enfants et des personnes âgées notamment) afin d’ajuster l’équilibre nutritionnel des repas.

L’énorme importance des microalgues

Récoltée traditionnellement sur les bords des lacs d’eau douce d’Afrique et d’Amérique du Sud depuis des siècles, la spiruline est l’une des 30000 espèces de microalgues recensées dans le monde. Elle fait partie de la famille des cyanophycées, les premières bactéries ayant colonisé les eaux terrestres il y a environ 3,5 milliards d’années. Ce sont elles qui, grâce à la photosynthèse, ont produit l’oxygène nécessaire à l’évolution de la vie sur terre. Contrairement à leurs cousines macroscopiques, les microalgues ne sont pas fixées, mais flottent et dérivent en pleine eau douce ou salée formant ce qu’on appelle le phytoplancton. Invisible à l’œil nu, le phytoplancton est, avec les forêts terrestres, le poumon de notre planète : il produit plus de la moitié de l’oxygène terrestre et absorbe la moitié du dioxyde de carbone. Consommé par le zooplancton (plancton animal) et les petits animaux herbivores, il constitue la base indispensable de la chaîne alimentaire aquatique.

JD

Tabs

Julie Danet

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER