Portraits

Alice Vettoretti
Sylvain Glémin
chercheur en biologie évolutive au laboratoire Écobio à Rennes

« Comprendre l’évolution »

Le biologiste a présenté ses recherches à des lycéens de Cesson-Sévigné.

« L’évolution d’une espèce dépend de sa durée de vie et de sa reproduction. Elle dépend aussi de son génome. Celui-ci correspond à l’ensemble du matériel génétique d’une cellule. Je m’intéresse à l’évolution des modes de reproduction. La reproduction sexuée permet le brassage génétique qui favorise, par sélection, l’élimination des formes désavantageuses d’un gène. Il facilite également l’adaptation à de nouveaux environnements.

L’autofécondation

Chez certains animaux et certaines plantes, il existe d’autres formes de reproduction, comme la parthénogénèse (une femelle se reproduit toute seule) ou l’autofécondation, pour les individus hermaphrodites. Il y a alors peu ou pas de brassage génétique. Mais cela a d’autres avantages : pas besoin de trouver un partenaire pour se reproduire !

Pour étudier comment les formes d’un gène se transmettent dans une population, je développe des modèles mathématiques. Ce sont des équations qui décrivent les processus biologiques, comme la mutation, la sélection naturelle ou le mode de reproduction. Je cherche à comprendre des mécanismes généraux.

Les cousins du blé

Ensuite, je teste ces modèles sur des espèces, en analysant leur génome. Par exemple chez les cousins sauvages du blé, lorsque le degré d’autofécondation augmente, la diversité génétique diminue et le nombre de formes désavantageuses d’un gène augmente dans la population. »

Tabs

Propos recueillis par
Alice Vettoretti

Ajouter un commentaire