« Apporter de la visibilité »

254
mai 2008
© Vincent+Féria
Françoise Vincent et Éloy Féria publient Zones de recherche - perspective Antarctique 2003-2041 pour témoigner de leur périple en Antarctique et de leur réflexion sur les questions environnementales.

Françoise Vincent et éloy Féria s’engagent pour que les territoires scientifiques s’ouvrent aux artistes.

«L’art ne consiste pas simplement à produire des objets, c’est aussi, parfois, provoquer des échanges, notamment entre artistes et scientifiques. »
C’est ainsi que Françoise Vincent, artiste enseignant-chercheur à l’Université Rennes2, et Éloy Féria, artiste enseignant à l’Université Paris 8, envisagent leur mission pour Art aux pôles. Ils pilotent ce projet, soutenu par l’Institut polaire Paul-Émile-Victor (Ipev), qui permet à des artistes de séjourner sur des bases scientifiques polaires, dans le cadre de l’Année polaire internationale. « Il faut que les portes des territoires réservés aux scienti-fiques s’ouvrent aux artistes, car ils peuvent être les témoins de la société civile », commente Françoise Vincent.

À deux, ils signent Zones de recherche - perspective Antarctique 2003-2041 où ils compilent des photos prises aux pôles, leur expérience et leur réflexion sur la question environnementale. « Nous publions cet ouvrage à notre compte, car nous pensons qu’il y a urgence à en parler », souligne Françoise Vincent. Et ces questions ne doivent pas être réservées aux scientifiques. « Les artistes aussi peuvent s’interroger et lancer des pistes de réflexion ! »
De plus, les artistes peuvent apporter de la visibilité aux problèmes et aux approches scientifiques.

Tabs

Michèle LE GOFF

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER