Écologie : limite d’influence

La campagne Isobent retrace l’influence du continent sur l’océan en étudiant les animaux du fond des mers.

«Quelle est la limite de l’influence du continent sur la mer ? » L’équipe d’Isobent tente de trouver des réponses dans les animaux vivant au fond des mers (benthos). Ils se nourrissent de matière végétale et d’algues qui, elles-mêmes, captent les matières provenant du continent. Ainsi, les scientifiques de la mission coordonnée par l’Institut universitaire européen de la mer (IUEM) dissèquent des coquilles Saint-Jacques et autres animaux du fond des mers, pour trouver dans leurs chairs des marqueurs de cette chaîne.

« Dans le muscle (la noix) de la coquille Saint-Jacques, nous retrouvons du carbone et de l’azote. Selon leur rapport isotopique (C12/C13 et N14/N15), nous pouvons déterminer s’ils proviennent du continent », explique Yves-Marie Paulet, chef de mission et directeur adjoint de l’IUEM. Il parvient même à remonter à l’origine d’une pollution urbaine ou agricole.

Les prélèvement sont effectués selon un gradient, de l’extrémité des rivières (Vilaine, Elorn et Aulne) jusqu’au large. Les deux premiers ont été réalisés en juin, le prochain aura lieu en septembre, pour voir l’évolution des saisons. D’autres campagnes seront programmées en 2009 et 2010. Elles sont soutenues par le CNRS et menées en association avec Agrocampus Rennes et l’université de Bordeaux.

256
juillet 2008
Renseignements

Yves-Marie Paulet
Tél. 02 98 49 86 47
yves-marie.paulet@univ-brest.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ