La soie dorée de la Néphile de Madagascar

257
septembre 2008
Naturellement dorée, la soie de la Néphile de Madagascar peut être tissée comme la soie traditionnelle.
© Gérard Fievet

Elle mesure jusqu’à 10 m d’envergure, et produit jusqu’à 4 km de fil en un mois. La Néphile de Madagascar est une tisseuse peu commune, admirée de tous les naturalistes.

De son abdomen sort un fil naturellement doré, à faire rêver les plus grands couturiers. Au XIXe siècle, le père Camboué, missionnaire sur l’île africaine, a même créé une machine permettant de “récolter” de grandes quantités de fil. L’histoire raconte que pour faire connaître cette soie nouvelle, il avait tissé un baldaquin destiné à l’exposition universelle de 1900. Malheureusement, le bateau transportant l’œuvre aurait coulé pendant la traversée de l’Atlantique...

Surtout, l’exploitation des Néphiles a décimé leur population sur l’île. Peu après, une recrudescence massive du paludisme s’est produite. Car ces araignées sont friandes des anophèles, les moustiques vecteurs de la maladie.

Aujourd’hui, un Lyonnais perpétue l’élevage de la Néphile. Il a fourni à deux physiciens rennais du laboratoire de physique des lasers quelques mètres de soie utiles pour leurs expériences.

Céline DUGUEY

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER