Construction d’un réseau autour des matériaux

267
juillet 2009
© DR

Rendre plus visible la recherche sur les nouveaux matériaux, c’est l’objectif visé par un groupement de chercheurs bretons tout juste créé.

Les fondations sont posées. Présenté devant les conseils scientifiques de l’Université de Rennes1 et de l’UEB(1) en juin dernier, Bresmat (pour Bretagne réseau matériaux)(2) doit rendre plus visibles les compétences bretonnes sur les matériaux.

« Nos laboratoires de physique et de chimie fondamentales et appliqués sont des laboratoires d’excellence mais ont un problème de taille critique, explique Anne Renault, directrice de l’Institut de physique de Rennes. En Bretagne, il existe déjà une culture des matériaux liés aux Stic(3), pour les télécommunications et l’optique, par exemple. Avec Bresmat, on se situe plus en amont, sur la recherche de nouveaux matériaux », poursuit-elle.

Cela touche aussi bien les matériaux de construction avec la recherche de nouvelles propriétés mécaniques, que les matériaux naturels, comme les antennes de mollusques, dont les scientifiques cherchent à comprendre, pour les mimer, leurs propriétés mécaniques et optiques exceptionnelles (biomimétisme). On pourrait également citer les algues ou les carapaces, dont la croissance est étudiée de près par les physico-chimistes. « Plusieurs équipes travaillent sur des auto-assemblages associant entre elles des molécules biologiques ou couplées à de l’inorganique. » Cette spécificité bretonne autour des matériaux naturels et biomimétiques est l’un des trois axes de Bresmat, avec les matériaux de structure et les nanomatériaux pour l’imagerie, le transport et le stockage de l’information.

C’est pour asseoir cette visibilité qu’un nouveau bâtiment dédié aux nano et biomatériaux va bientôt être construit à Rennes, sur le campus de Beaulieu. 

Tabs

Renseignements

Anne Renault, Tél. 02 23 23 56 99
anne.renault@univ-rennes1.fr

Yves Grohens
yves.grohens@univ-ubs.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ