Le jury de l’édition 2010

273
février 2010
© DR
Ils se sont réunis à Rennes le 8 janvier, sous la présidence de Jacques Lucas (15) et en présence d’André Lespagnol (12), vice-président du Conseil régional, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Développement durable : Nicolas Petit (1), Cemagref ; Maurice Baslé, Université de Rennes 1 (absent sur la photo) ; Gérard Maisse (10), Inra de Rennes ; Hamid Ben Ahmed (5), ENS Cachan ; Claire Billot, Cirad, Montpellier (absente sur la photo) ; Nadia Le Den (16), CCRRDT.
Identités, patrimoine, lien social et gouvernance : Henry-Michel Crucis, université de Nantes (absent sur la photo) ; Christian Le Bart (8), Sciences politiques Rennes ; Jean-Claude Bodéré (2), université de Brest ; Jean-Yves Andrieux (4), CCRRDT.
Sciences, technologies et interdisciplinarités : Albert Benveniste (6), Inria Rennes Bretagne Atlantique ; Vincent Colin (11), université de Nantes ; Martine Bonnaure (9), Université de Rennes 1, Henri Patin (7), École nationale supérieure de chimie de Rennes ; Emmanuel Cordonnier (14), CCRRDT.
Climat, eau, mer et littoral : Francis Gohin (3), Ifremer Brest ; Yves-Marie Paulet (13), Institut universitaire européen de la mer à Brest ; Bernard Queguiner, Centre océanographie de Marseille (absent sur la photo) ; David Le Solliec, CCRDT (absent sur la photo).

Des nouvelles des anciens jeunes chercheurs

Ils étaient sur la scène en 2007. Depuis, ces talents de la recherche bretonne ont fait leur chemin un peu partout dans la région, en France, à l’étranger ! « Lors de la remise du prix, j’étais déjà parti aux États-Unis, pour mon postdoctorat, se souvient Nicolas Mansard, spécialiste de la robotique. J’y ai appris de nouvelles méthodes, avant de m’envoler un an au Japon. » Une odyssée qui l’a mené vers un laboratoire de... Toulouse, où il officie désormais comme chargé de recherche, mettant à profit les techniques glanées aux quatre coins du globe. Isabelle Georges, éthologue, n’a pas eu besoin de parcourir le monde. « Le laboratoire de Rennes est l’un des plus grands de France en éthologie ! J’y travaille toujours, sur le chant des étourneaux. » Mais les collaborations internationales sont incontournables : Isabelle Georges a, par exemple, noué des partenariats avec un laboratoire belge, seul au monde à posséder une IRM dédiée aux oiseaux chanteurs ! Dans des laboratoires de recherche ou en entreprises, les jeunes talents 2007 sont passés professionnels !

Céline Duguey

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER