Les ordinateurs se dématérialisent

Composer une machine virtuelle plutôt que d’investir dans du matériel. C’est l’idée d’Orange Labs.

Travailler sur des machines virtuelles. C’est le principe du “cloud computing”. « Il s’agit de mettre à disposition des ressources en ligne, explique Frédéric Tendron, responsable R&D chez Orange Labs(1), à Rennes. Les entreprises peuvent “louer” de la puissance et  de la mémoire, pour stocker leurs  données et  exécuter des applications, comme  sur un serveur réel. » Une petite révolution rendue possible par la croissance vertigineuse des capacités de calcul ces dernières années.

279
septembre 2010

L’avantage ? C’est de pouvoir bénéficier d’une grande capacité de calcul sans investir dans d’énormes infrastructures de calcul, très coûteuses ! « Cela peut aussi apporter une nouvelle façon de consommer des logiciels. On pourrait imaginer de louer une application pour une durée déterminée, plutôt que de payer une licence. »

La formule existe déjà depuis quelques années, mais Orange Labs, qui teste depuis avril une première application de ce nouveau mode de partage chez certains clients, assure apporter un degré de sécurité en plus car, en tant qu’opérateur, il gère leur réseau de bout en bout. « Depuis une interface simple, l’utilisateur peut définir sa machine (puissance dont il a besoin...), la gérer, l’arrêter pour de la maintenance... exactement comme s’il l’avait en réel sous la main. » Une version destinée aux particuliers est également en réflexion. Elle permettrait de stocker ses données sur un serveur extérieur, donc de pouvoir y accéder depuis n’importe quel terminal. Un énorme centre de ressources devrait voir le jour près de Paris, afin de répondre, entre autres, aux besoins de telles applications.

Tabs

Renseignements

Frédéric Tendron
Tél. 01 45 29 42 65
frederic.tendron@orange-ftgroup.com

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ