Cratères et crustacés

291
octobre 2011
© Xavier Caisey - Ifremer

En baie de Saint-Brieuc, des biologistes étudient l’habitat des Haploops.

Ils avaient déjà passionné les chercheurs en 2010, lors de quatre campagnes –une par saison-menées exclusivement pour mieux les connaître (lire Sciences Ouest n°275). Les Haploops, ces petits crustacés qui colonisent en masse les baies de Vilaine et de Concarneau en construisant des tubes de vase, ont de nouveau incité les chercheurs à embarquer, en août dernier. Pour étudier leur habitat cette fois-ci. « Nous nous sommes focalisés sur les cratères sous-marins associés aux Haploops, explique Stanislas Dubois, coordinateur de la campagne Ploops de l’Ifremer, très nombreux mais qui dépassent rarement 20m de diamètre, à 30m de profondeur, donc difficiles à repérer depuis la surface. »

Pendant une semaine, des plongeurs sont descendus effectuer des prélèvements, notamment de méthane, de sulfates et de sulfures émis par ces structures. « Nous voulons savoir s’ils hébergent des bactéries capables d’utiliser ces flux géochimiques, comme dans les très grands fonds. Et si les populations à l’intérieur des cratères, qui se comblent avec le temps, sont les mêmes que celles présentes dans les champs d’Haploops qui les entourent. » Pour comprendre le rôle de ces drôles de crustacés et évaluer si leur présence en masse est de bon augure.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ