Portraits

© DR
Tinashe Mutsvangwa
Chercheur en ingénierie biomédicale
D’autres articles sur ce thème ont été publiés dans le dossier L’homme réparé est en marche, dans Sciences Ouest n°296 - mars 2012.
«J’essaie d’améliorer la compréhension du fonctionnement de l’épaule»
Tinashe Mutsvangwa est docteur en ingénierie biomédicale de l’université du Cap (Afrique du Sud). Récipiendaire d’une bourse d’excellence de l’Université européenne de Bretagne, il est accueilli à Brest par le Laboratoire de traitement de l’information médicale (Inserm UMR 1101), d’avril 2012 à mars 2014.

J’étudie un domaine encore peu exploré : celui de la reconstruction de l’épaule. Je développe des modèles statistiques et analytiques de l’humérus et de l’omoplate pour mieux connaître les mouvements de cette partie du corps.

Je me sers d’une machine à rayons X assez récente, le système EOS. Ses deux rayons fonctionnant à 90 degrés permettent de calculer une image tridimensionnelle du système osseux auquel on s’intéresse. J’essaie ensuite de combiner cette image avec celle issue de dispositifs de capture de mouvements des patients, comme ceux utilisés pour les films d’animation.

Une meilleure compréhension du fonctionnement biomécanique de l’épaule pourrait déboucher sur des applications dans le domaine de la physiothérapie, qui vise à restaurer les capacités fonctionnelles humaines. En cas de blessure à l’épaule, par exemple, on pourrait observer grâce aux images 3D les mouvements du patient en temps réel, et réaliser plus facilement un diagnostic. Ce travail pourrait aussi servir à soigner certaines pathologies, comme le conflit antérosupérieur de l’épaule. On pourrait aussi améliorer la conception des prothèses et mettre au point des protocoles de réadaptation fonctionnelle plus performants.

J’espère également que mes recherches permettront de mieux analyser les relations entre le cerveau et les mouvements de l’épaule. »

Tabs

Propos recueillis par
Raphaël Baldos

Ajouter un commentaire