Des brevets bien valorisés

Des recherches bretonnes sur les codes correcteurs ont réussi leur transfert vers le monde économique.

Le 10 janvier a été une journée efficace pour Ouest Valorisation SAS ! Cette société d’accélération du transfert de technologies, créée pour soutenir la valorisation des recherches bretonnes et ligériennes, a célébré son lancement officiel et signé sa première action. Elle a conclu, avec le fonds d’investissement France Brevet, un contrat de licence sur des brevets déposés en 2009 et 2012 par des chercheurs de l’Université de Bretagne Sud. Ils concernent les codes correcteurs d’erreurs, utilisés dans les technologies de l’information et de la communication pour éviter la déformation des messages. « Actuellement les codes utilisés sont écrits en binaire, avec des 0 et des 1, explique Emmanuel Boutillon, chercheur au Lab-Sticc(1), qui a travaillé sur ces brevets. D’autres sont basés sur des symboles non plus binaires, mais à 64 valeurs possibles. Ils sont plus efficaces dans certaines situations, mais plus complexes à décoder. Nos brevets portent sur de nouvelles façons de faire les calculs de décodage. » Cette première action d’Ouest Valorisation pourrait porter de beaux fruits si France Brevet réussit son pari de faire entrer ces codes non binaires dans les standards des Tics.

306
février 2013

Tabs

Renseignements

Emmanuel Boutillon Tél. 02 97 87 45 66
emmanuel.boutillon@unv-ubs.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ